East End London ’76

The Hackney Empire in Mare street

The Hackney Empire in Mare street © Thierry Girard 1976

 

At the beginning… (A summary in English)

These photographs are more than early years pictures, they are the true starting point of my photographic work. In the beginning of 1976, I was 24, I had just graduated from Sciences Po Paris, and I didn’t really know what my future would be. I was quite interested in photography, I had already bought a few photography books, I liked to go and see exhibitions, but I have very little practice, almost none.

At that time, a good deal of my photographic background was related to British photography or to photographs taken in Britain by foreigners. I was in a way an Anglophile. I was fond of Bill Brandt’s work of course, I was familiar with the works of Tony Ray-Jones, and also Homer Sykes or David Hurn ; but the real trigger was to be the publishing of Robert Frank’s portfolio about London and Wales in the 1975 edition of the Creative Camera international Yearbook. Knowing London rather well London —I had stayed there several times in the previous years—, I immediately related to the dull and unquiet atmosphere of Frank’s pictures.

So, I decided to go back to London for a challenge, some kind of double initiation rite : how to face the outside world physically and mentally, and how to deal with photography ! I decided to stay in the East End where I used to live when I was a student, but I didn’t intend to do a reportage about the East End or the Eastenders. I just wanted to walk for hours and days in the East End, seizing bits of life, passing through abandoned and ruined districts, pushing doors of working-class pubs, rambling through multi-coloured markets, playing with youngsters and spending time with a wonderful couple, clever and cheerful people but living in true poverty : they spent all day in a damp basement flat sewing ties for chic French firms. I liked the way they were concentrating on their work, but they didn’t care about the silk ties lying on the filthy spotted carpet…

Alan B., homeworker, Graham Rd, Hackney.

Alan B., homeworker, Graham Rd, Hackney © Thierry Girard

Betty and Penny B.? Graham Rd, Hackney.

Betty and Penny B., Graham Rd, Hackney © Thierry Girard

Basement kitchen, Graham Rd, Hackney.

Basement kitchen, Graham Rd, Hackney © Thierry Girard

Backyard in Graham Rd, Hackney © Thierry Girard

Backyard in Graham Rd, Hackney © Thierry Girard


At lunchtime or in the evening I would go to pubs where male and female strippers were performing. The people attending the shows, men and women, were just ordinary people. It was long before those strip shows were recommended as an East End trick in travel guides…

Male stripper, The Elephant, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Male stripper, The Elephant, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Male stripper, The Elephant, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Male stripper, The Elephant, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Male stripper, The Elephant, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Male stripper, The Elephant, Dalston (Hackney) © Thierry Girard


Of course, I made technical mistakes : I badly processed some films (some pictures are quite impossible to print.) I used a wide-angle lens that was too large, but it was in the air at that time (remember William Klein, the first Koudelka, Gipsies, or some influent japanese photographers…), and my flash had a guide number which was too short to be efficient… But anyway, today I’m very indulgent towards these errors. They fit in some way with the spirit of this urban and social harshness I met there.

 

Limehouse social club, Poplar (Tower Hamlets) Thierry Girard

Limehouse social club, Poplar (Tower Hamlets) © Thierry Girard

Limehouse social club, Poplar (Tower Hamlets) © Thierry Girard

Limehouse social club, Poplar (Tower Hamlets) © Thierry Girard

Carnival Day, Limehouse social club, Poplar (Tower Hamlets) © Thierry Girard

Carnival Day, Limehouse social club, Poplar (Tower Hamlets) © Thierry Girard

Later, I went back to London every year, till 1983. Mostly in the East End, and quite particularly in Brick Lane when it was filled with petty thieves, crippled old beggars, junkies and skinheads. Long before it became a trendy place. I took pictures in Brixton after the riots, and I attended two or three times the Caribbean carnival in Portobello, when it was still a true community festival, with no tourists. I spent Christmas 81 in Belfast, a few months after Bobby Sands’ death. In 1983, I received a grant to spend a summer off between London, South-West England and Wales. No doubt that work was well-received by the jury who awarded me the Niepce Prize in 1984.

All theses works made in London and in Great-Britain between 1976 and 1983 are worth revisiting. Very few pictures have ever been published or exhibited. This is some kind of unknown territory for most people knowing my present work, but what I did there at the time has been decisive for my future as a photographer.

Ridley Rd market, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Ridley Rd market, Dalston (Hackney) © Thierry Girard

Dalston, Hackney © Thierry Girard

Dalston, Hackney © Thierry Girard

Dalston, Hackney © Thierry Girard

Dalston, Hackney © Thierry Girard

Mare street, Hackney © Thierry Girard

Mare street, Hackney © Thierry Girard

Au commencement…

Ces photographies prises en février et mars 1976 à Londres constituent mes tous premiers pas comme photographe. Je viens alors de terminer mes études, j’ai 24 ans et je ne sais pas encore exactement ce que j’entends faire de ma vie. Je suis libre et inquiet à la fois, face à plusieurs options pour mon avenir. Le cinéma, le journalisme, l’édition ? Je m’intéresse évidemment à la photographie, mais plus par les photos des autres que dans le cadre d’une pratique personnelle. À vrai dire, j’ai commencé depuis quelques années à me cultiver photographiquement, mais je fais très peu de photos. J’ai acheté un Pentax Spotmatic, à Londres justement, en octobre 1972, mais en trois ans et demi, je n’aurai fait qu’à peine une trentaine de films noir et blanc et une poignée de diapositives, autant dire pas grand chose. Peu à peu cependant, la découverte de la photographie à travers des livres, des portfolios dans les revues spécialisées et la fréquentation de quelques rares expositions * m’amènent à considérer avec un peu plus d’aménité cet art (encore un bien grand mot pour l’époque) considéré comme “mineur“ au regard du cinéma ou de la littérature.

1974 est une année décisive pour ma culture photographique. J’achète mon premier livre de photographies, et, ce n’est sans doute pas un hasard, il s’agit d’un cinéaste, Alain Resnais, qui ne cesse de faire des photographies au Leica lorsqu’il tourne ou lorsqu’il est en repérages. Repérages, c’est d’ailleurs le titre de ce livre dont la tonalité sombre et l’impression sur un papier très mat accentuent l’inquiétante étrangeté des lieux photographiés. Il y a dans ce livre beaucoup de photos de Londres, prises lors des repérages d’un film qui ne s’est pas fait autour du personnage de Harry Dickson (héros des livres de Jean Ray) ; et je m’intéresse particulièrement à ces images-là, car je vais très régulièrement à Londres, au départ pour des raisons sentimentales, puis par attirance profonde pour cette ville que je trouve alors plus “libre“ que Paris, mais aussi plus rude, notamment dans ces quartiers de l’Est de Londres où je pose de temps à autre pour quelques jours mon modeste bagage. Dans mes pérégrinations londoniennes, je découvre un jour une revue qui s’appelle Creative camera et qui m’offre une approche beaucoup plus radicale de la photographie que celle proposée en France à travers Photo ou même Zoom.

74, c’est aussi l’année de la parution de A day off, le livre posthume de Tony Ray-Jones et d’un livre plus modeste, qui n’a pas laissé beaucoup de traces, que je découvre par hasard dans une galerie alternative de l’East End, le Half Moon photography workshop (qui existe encore aujourd’hui). Ce livre tout simple, pas très bien imprimé, s’appelle Down Wapping, et il est l’œuvre d’un collectif de photographes qui ont décidé d’enregistrer la fin de ce quartier historique, peuplé d’ouvriers et de dockers issus d’immigrations multiples, mais tous pétris de cette culture Cockney où l’on parle une langue incompréhensible pour l’étranger ordinaire. Les docks et l’habitat environnant sont promis à la destruction pour cause de profonde rénovation urbaine. Les derniers docks du port de Londres fermeront en 1980 et Wapping est devenu aujourd’hui un quartier branché où le mètre carré vaut très cher.

 

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Bethnal Green, Tower Hamlets © Thierry Girard

Bethnal Green, Tower Hamlets © Thierry Girard

Bethnal Green, Tower Hamlets © Thierry Girard

Bethnal Green, Tower Hamlets © Thierry Girard

Bethnal Green, Tower Hamlets © Thierry Girard

Bethnal Green, Tower Hamlets © Thierry Girard

 

Je dis souvent que ma culture photographique est américaine, il serait plus juste de dire qu’elle est d’abord anglo-saxonne ! Bien évidemment, je connais le travail de Bill Brandt, que j’admire alors par dessus tout… Mais la révélation, et sans doute la décision de me glisser (temporairement, pensai-je…) dans la peau d’un photographe (cf. Bingo ! sur la façade du Hackney Empire…), va venir fin 1974 avec l’édition du Creative Camera International Yearbook 1975, édité par la revue du même nom, et qui présente un formidable portfolio de photographies d’un certain Robert Frank, prises à Londres et au Pays de Galles en 1951… Qui connait à l’époque Robert Frank et Les Américains ? Très peu de monde en vérité. En France, quelques rares personnes éclairées… Quand aux photos prises avant Les Américains, comme celles que j’ai alors sous les yeux…

De fait, je suis profondément bouleversé par ces images, et je dois sans doute à Colin Osman et Peter Turner, les deux éditeurs de Creative Camera, d’avoir tiré, sans le savoir, the trigger. Dans le même volume, on trouve un portfolio de Chris Killip, lui aussi grand admirateur, comme Frank, de l’œuvre de Bill Brandt, et un autre d’Homer Sykes qui est dans la même veine que Tony Ray-Jones. Il y a aussi Cartier-Bresson et Atget, comme s’il fallait faire un pont with the French school…

Dans l’édition suivante, parue en décembre 1975, le livre s’ouvre sur un magnifique portfolio dédié à Manuel Alvarez Bravo et se termine sur les photographies de Kurt Hutton, un photojournaliste oublié ayant travaillé pour le Picture Post, et dont les images (et particulièrement les portraits) n’étaient pas sans rappeler l’esthétique de Cartier-Bresson. Et puis, d’autres portfolios consacrés à Lewis Hine ou Lisette Model…

Et c’est donc muni de ce bagage que je décide, juste après avoir été libéré de mon service militaire, de retourner à Londres… avec un appareil photo, ou plutôt deux, car entre temps, j’ai acheté un second Spotmatic pour mettre dessus un grand angulaire. Comme je l’écrivais au début de ce texte, je ne sais pas encore si j’ai vraiment envie d’être photographe, mais il est certain que j’ai le désir et la nécessité d’une confrontation directe, physique et mentale, avec le monde (« d’une collision », écrirai-je plus tard), et l’appareil-photo me semble alors le meilleur truchement, a true go-between, pour cela.

Hackney © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Brick Lane, Tower Hamlets © Thierry Girard

Brick Lane, Tower Hamlets © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Hackney © Thierry Girard

Tower Hamlets © Thierry Girard

Tower Hamlets © Thierry Girard


Et pour commencer, il me faut apprendre le monde, en déambulant seul, pendant des heures et des jours entiers, à travers les rues de cet East End, la partie la plus historiquement working-class de Londres, où j’ai vécu, les années précédentes, des moments précieux. C’est en marchant ainsi dans les rues de Londres, en arpentant des quartiers vidés de leurs habitants et promis à la démolition, en poussant les portes de pubs où l’odeur fade de la bière se mêlait à celle du tabac bon marché, en passant du temps avec des gens simples et formidables à la fois dont je n’aurais pu imaginer la vie auparavant, en me nourrissant de jamaican patties et de fish & chips (à l’ancienne, dans une feuille de papier épais en forme de cornet) sur un petit marché où les trois-quarts de la population était d’origine africaine ou caribéenne, en gardant mon sac bien serré contre moi au milieu de la foule de petits voleurs, de vieux débris, de junkies et de skinheads qui se pressait au nord de Brick Lane, dans le plus improbable flea market qui soit ; c’est en marchant ainsi que j’ai goûté au plaisir de l’être-photographe, avant même de savoir si je pouvais en être.

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Whitechapel, Tower Hamlets © Thierry Girard

Whitechapel, Tower Hamlets © Thierry Girard


Mais j’avais tout à apprendre également sur le plan technique. Certes, il me semblait avoir un œil, une capacité à saisir des états inattendus et à construire une pensée photographique, mais si j’avais beaucoup rêvé la photographie, je ne l’avais guère pratiquée.

Ces images sont donc la résultante d’un double apprentissage, celui du monde et celui de sa représentation. Lors de ce séjour londonien, j’ai beaucoup photographié au grand angulaire car je trouvais cela plus impressive sur le plan esthétique et la rigueur cartier-bressonienne du 50 mm me laissait plutôt indifférent. Et puis, c’était dans l’air du temps. Tant le grand angulaire que les images très contrastées. Nous étions nourris, en France, à coups de portfolios répétés dans les magazines, de paysages au noir et blanc soutenu que Jean-Loup Sieff photographiait avec un Leica équipé d’un 21 mm. Mais, il y avait aussi (et cela m’importait plus) les photos à l’arraché de William Klein ou celles de Koudelka (Gypsies est publié en 1976), sans oublier les travaux, toujours plus sidérants les uns que les autres, que nous pouvions voir des photographes japonais. Sans oublier évidemment les noirs profonds de Bill Brandt.

J’ai cru, pour bien faire, c’est à dire pour faire sombre, comme les autres, qu’il fallait sous-développer les négatifs, soit ! Je dois l’avouer, certains négatifs sont parfaitement inexploitables. J’avais par ailleurs acheté un flash qui fonctionnait pour le 55 mm, mais évidemment pas pour le 24. Il ne couvrait pas la surface de l’image, mais surtout, le nombre guide étant trop faible, le flash éclairait tout juste devant lui…

Female stripper, The Elephant, Dalston, Hackney © Thierry Girard

Female stripper, The Elephant, Dalston, Hackney © Thierry Girard

Female stripper, The Elephant, Dalston, Hackney © Thierry Girard

Female stripper, The Elephant, Dalston, Hackney © Thierry Girard

The Elephant, Dalston, Hackney © Thierry Girard

The Elephant, Dalston, Hackney © Thierry Girard


À l’époque, je ne savais pas non plus très bien tirer (surtout des négatifs “pourris“), et je suis d’autant plus reconnaissant envers ceux qui, comme Hervé Gloaguen à l’agence Viva, ont été les premiers à m’encourager à partir d’une sélection bancale dont j’avais écarté presque tous les paysages urbains : dans le contexte très “sectaire“ de l’époque (se reconnaîtra qui peut), photographier simplement des paysages, même urbains, même crapoteux, c’était « jouer à l’artiste ». Autant dire que le poteau d’exécution n’était pas loin… Mais aujourd’hui, tous ces défauts, toutes ces erreurs techniques ne me gênent plus guère, j’ai même de l’indulgence pour elles, elles sont un peu à l’aune du chaos urbain et social que je photographiai alors…

En juin de la même année, je suis retourné quelques jours à Londres. J’ai peu photographié, mais j’ai vu la grande rétrospective Paul Strand à la National Portrait Gallery, et cette exposition majeure d’un artiste majeur, tout juste décédé deux ans auparavant, a été également décisive dans mes choix ultérieurs.

De retour en France, j’achète à Orgeval, là où habitait Strand, mon premier Leica M : un M2 avec un 35 et un 50 mm rentrant (c’était moins cher) qui me seront volés deux ans plus tard aux Etats-Unis… Et lors des séjours suivants à Londres, où je retournerai presque chaque année jusqu’en 1983, je photographierai désormais avec l’appareil de Frank, de Cartier-Bresson, de Friedlander, de Koudelka… Posséder un Leica était une façon d’être adoubé par la “famille“. Encore fallait-il après faire de bonnes photographies…

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Wapping, Tower Hamlets © Thierry Girard

Les années suivantes, je continuerai à photographier dans l’East End, et particulièrement autour de Brick Lane (qui n’était pas encore, loin s’en faut, the trendy place qu’elle est aujourd’hui) ; puis Brixton après les émeutes de 1980, ainsi que le carnaval caribéen de Portobello qui n’attirait pas encore à l’époque des foules de touristes venus du monde entier. J’ai également passé le Noël 81 à Belfast, quelques mois après la mort de Bobby Sands. Ma période anglo-saxonne s’est terminée en 1983 avec un été passé entre Londres, le Sud-ouest de l’Angleterre et le Pays de Galles, grâce à ma première bourse d’aide à la création. Lorsque je revisiterai un jour ce travail (qui le mérite amplement), je le renommerai A Summer off, en hommage à Tony Ray-Jones. Je me souviens être passé sur les lieux de certaines de ses photographies, mais aussi dans les vallées minières du Pays de Galles où Frank s’était égaré. J’avais un soir rencontré David Hurn —qui avait lui aussi beaucoup photographié les loisirs et les traditions populaires chez les Britanniques— dans son cottage de Tintern au Pays de Galles. Nous avions bu du thé, grignoté des petits biscuits et parlé des courses de lévriers qui se déroulaient près de chez lui. La boucle était bouclée.

Tous ces travaux, qui ont été très peu publiés ou exposés, forment une sorte de continent inconnu pour tous ceux qui connaissent mon travail, y compris pour ceux qui en connaissent les prémices —les photographies, plus connues, prises dans le Nord ou aux Etats-Unis durant la même période. Mais elles seront tout autant décisives que ces dernières pour la suite de mon parcours photographique. Ce billet inaugure un travail de réévaluation de l’ensemble de cette période, travail qui va se traduire également par la publication régulière, au fil des mois, de plusieurs ouvrages chez l’éditeur Café Royal Books, à commencer par cette série dont ce billet ne présente qu’une petite moitié des images exhumées.

The River Thames in Wapping © Thierry Girard

The River Thames in Wapping © Thierry Girard

* La galerie Agathe Gaillard ouvre ses portes en 1975 et Zabriskie en 1977 au moment de l’inauguration du centre Pompidou. Ces deux galeries deviendront rapidement le point de ralliement de tous les jeunes photographes qui, découvrant au gré des vernissages successifs la photographie documentaire américaine et la photographie d’auteur, rêvent d’une alternative à un exercice strictement “professionnel“ de la photographie…

IMG_Resnais2IMG_Ray-Jones2IMG_5688 copie
©
 Thierry Girard 1976 – 2016 pour les textes et les photographies.


About this entry